Escape game et apprentissage dans la durée

Article écrit par Mélanie Fenaert
Première mise en ligne le 8 juin 2019
Mise à jour le 1er juin 2018

« Aucun de nous ne sait ce que nous savons, tous ensemble. » Euripide

C’est dans le cadre de son Master MEEF Mention Premier Degré, parcours professeur des écoles, qu’Astrid Moreau a souhaité étudier l’impact de la pratique d’un escape game en classe sur les apprentissages de ses élèves. Elle appuie son cadre théorique sur les recherches sur les différents types de mémoire, et y détermine les éléments d’un jeu d’évasion pédagogique pouvant influencer l’ancrage des notions.

Le mémoire d'Astrid Moreau en PDF

Elle a pu élaborer une expérimentation avec ses élèves de Cycle 3, constituant des groupes vivant un escape game ou une situation d’apprentissage plus classique pour des notions identiques. L’expérience a été effectuée deux fois, avec un premier défi-évasion en Histoire, puis un second en Sciences. L’auteure souligne notamment les améliorations apportées entre chaque situation : meilleur cadrage et plus d’explicitations en amont, zone proximale de développement des élèves mieux définie avec une adaptation du niveau de difficulté des énigmes.

Les tests réalisés à différents moments visent à quantifier et comparer les apprentissages à court et moyen terme. Nous vous laissons découvrir le travail d’Astrid et ses conclusions... Bonne lecture !