Intégrer un chatbot dans Genially

Article écrit par : Mélanie Fenaert
Première mise en ligne le 11 juin 2020

Voilà une nouvelle manière d’insuffler de l’interactivité dans une activité pédagogique ou un escape game, qu’il soit virtuel ou semi-virtuel : créer un agent conversationnel, plus communément nommé chatbot [1], et l’intégrer dans une interface telle que Genially par exemple, via un iframe.

Grégory Michnik, professeur de SVT, a sélectionné l’outil Snatchbot pour réaliser un jeu sérieux autour de la visite d’une ferme en agriculture raisonnée pour ses élèves de Seconde. Cela a permis de pallier l’interdiction de telles visites réelles durant le confinement lié au Covid-19.

Grégory a créé un premier tutoriel sur la création même du chatbot avec Snatchbot : un outil qu’il a choisi à la fois pour sa simplicité et sa puissance (notamment pour détecter le langage naturel), même en version gratuite.

Dans ce second tutoriel, Grégory explique la méthode pour l’intégrer dans un Genially.

Petit avertissement, veillez en créant le lien à sélectionner les paramètres désactivant l’enregistrement des chats, dans un souci de confidentialité. Il faudra aussi conseiller aux élèves l’ordinateur ou la tablette, l’affichage n’étant pas adapté au téléphone (mais c’est déjà souvent le cas avec les Genially classiques).

Voici un autre exemple d’utilisation, rapidement créé par José Antonio, un professeur espagnol, suite à notre article.

Les possibilités pour les escape games sont immenses ! Déjà, nous avions été impressionnés par l’escape book Traque sur le web, qui intégrait un chatbot permettant au lecteur de dialoguer avec un hacker. Ici, au-delà de l’idée première et évidente d’ajouter un maître du jeu - mais j’avoue que je préfère largement un game master réel - on peut imaginer le dialogue avec un opérateur un peu obtus ou une IA, simuler la navigation dans un répondeur automatique (quoi de plus énervant ?), guider une personne à distance pour la sauver... Bref, ajouter de l’interaction « humaine » !

Intégrer de l’humain avec un robot... Voilà qui peut sembler paradoxal. Mais Grégory aime les paradoxes ! Ils nourrissent sa créativité pédagogique, qui a bien souvent agi comme une étincelle pour tous les enseignants amateurs d’innovation technique et de ludification.

[1Prononcer « t’chatte-botte ». Vous apprécierez le clin d’œil du logo de l’article... Une illustration de JeyTheWerefox.