Retour sur le séminaire ’Games for change - Europe’ 2018

Article écrit par Patrice Nadam
le 30 novembre 2018
Ludifier sa classe ou sa formation avec les escape games

Invité par la Direction du numérique pour l’éducation (DNE) du Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, S’CAPE est intervenu le 19 novembre 2018, à l’école de l’image des GOBELINS, au troisième séminaire organisé par Games for Change Europe (G4C). Intitulé « Éducation – Jeux Vidéo – Réalité virtuelle, mixte et augmentée », cet événement avait pour objectif de rassembler game designers, chercheurs et pédagogues dans le souci de rapprocher le monde de l’école de ceux des jeux vidéo et de la réalité virtuelle.

Avec Delphine Plouhinec de la Dane (Délégation académique au numérique éducatif) de l’académie de Créteil, nous avons pu témoigner de notre expérience d’enseignants et de formateurs afin de présenter la faisabilité et la spécificité des jeux d’évasion pédagogiques.

Les caractéristiques d’un escape game en classe sont liées aux contraintes du milieu scolaire. Le scénario doit être politiquement correct et en relation avec les programmes. Même si on peut imaginer tout type d’aventure, le contenu est imposé par les notions et compétences visées par l’enseignant. Pour des raisons de sécurité, on ne peut enfermer les élèves et la présence du professeur est obligatoire. Il prend alors le rôle de game master et fournit les coups de pouce nécessaires. On joue dans l’espace contraint qu’est la salle de classe. Cet espace est généralement peu modulable et doit être remis en état pour la séance suivante. Certes, le jeu peut investir d’autres lieux (gymnase, réserve, CDI...) et être proposé de manière plus pérenne, mais on sera toujours tributaire de l’emploi du temps, de la disponibilité des élèves et des locaux. Une autre différence avec les offres d’escape games grand-public est l’effectif généralement plus important des participants (classe de 25 à 30 élèves), ce qui conduit à une organisation plus stricte et une logistique spécifique : mise en activité en parallèle dans la même salle de plusieurs groupes d’élèves, intervention de plusieurs enseignants dans des salles différentes, sessions en dehors des heures de cours permettant de réduire l’effectif, etc.

La réalisation d’un escape game peut se faire seul ou à plusieurs, et prend un certain temps (voire un temps certain). Si, avec l’habitude, la conception et la scénarisation peuvent être exécutées en quelques heures, la création des énigmes proprement dites représente toujours un volume horaire conséquent. Nous comptons entre dix et trente heures pour les jeux que nous créons, l’exigence (et les idées folles) évoluant avec l’expérience...

Du point de vue du budget à envisager, cela peut se limiter à quelques dizaines d’euros car il est, de notre point de vue, inutile d’investir dans des gadgets souvent onéreux. Nous privilégions la récupération et le détournement des objets du quotidien. Ils font souvent leur effet comme éléments du décor et supports d’énigmes. On ne peut malheureusement pas passer à côté de l’achat de cadenas. Cela peut représenter au final une petite somme, principalement si on recherche des dispositifs d’ouverture spécifiques... La lampe à UV est peut-être l’autre objet que finit par posséder tout bon concepteur d’escape games. Les autres objets (cryptex, objets-caches, boîtes magiques...), généralement cher, ne sont pas indispensables. Leur achat peut cependant se justifier s’ils s’intègrent au décor et participent pleinement à l’immersion des joueurs. De même, on pourra acheter ou faire confectionner une belle boîte si le scénario l’impose, mais il est tout à fait possible, là également, de faire de la récupération.

Un enseignant pourra détourner les outils et services numériques qu’il utilise en classe. QR-codes, réalité augmentée, ENT, BNRE, Éduthèque mais aussi suites bureautiques peuvent être exploités dans les escape games. On peut créer des objets avec une imprimante 3D et, si on a les compétences nécessaires, développer une petite application Web ou avec Scratch...

Les escape games sont source d’inventivité qui doit se révéler lors de la conception du scénario, mais aussi de la réalisation des énigmes. Ce plaisir créatif que ressent alors l’enseignant, au même titre que lorsqu’il prépare une séance de cours plus classique, peut être partagé avec les élèves en leur proposant de concevoir, à leur tour, un jeu d’évasion et de faire preuve de toute leur ingéniosité dans la réalisation des énigmes et des supports qui les accompagnent.

Retrouvez toutes les vidéos du séminaire Games for Change 2018 sur le site http://www.g4ceurope.eu