Le(s) cryptex

Article écrit par : Patrice Nadam
Première mise en ligne le 30 janvier 2019

Le cryptex fait son apparition dans le roman Da Vinci Code, dans lequel Dan Brown le décrit comme un compartiment protégé par un code à cinq lettres, contenant un message secret écrit sur papyrus. Le mécanisme d’ouverture est relié à un dispositif qui, en cas de tentative d’effraction, déverse du vinaigre soi-disant capable de dissoudre le papyrus ou du moins rendant illisible le message.

PNG - 125.9 ko
Crédits : Patrice Nadam

C’est un bel objet au caractère ancien, associé à la magie et à l’inventivité de Léonard de Vinci. De plus, le nombre de combinaisons potentielles est important. Dans sa version d’origine (celle du livre) chaque élément du code peut être l’une des 26 lettres de l’alphabet, le nombre d’agencements possibles est alors de 265 soit 11.881.376 [1]. Ce qui représente beaucoup plus que les possibilités offertes par un cadenas à lettres du commerce qui ne proposent que dix lettres par anneaux.

Un mécanisme au principe simple

Malgré son aspect ouvragé extérieur, le principe de fonctionnement du cryptex est relativement simple. Il est constitué de deux cylindres fermés à l’une de leurs extrémités et qui s’emboîtent l’un dans l’autre, tête-bêche, formant ainsi un compartiment creux pouvant contenir un message ou un petit objet.

PNG - 111.2 ko
Crédits : Patrice Nadam

Le cylindre extérieur possède une fente dans laquelle peuvent coulisser les picots du cylindre central.

Autour du cylindre extérieur, cinq anneaux portant les lettres de l’alphabet tournent librement. C’est le système de fermeture. Ils possèdent une encoche permettant de laisser coulisser le cylindre intérieur. Quand l’ensemble des encoches sont alignées entre elles et avec la fente du tube extérieur, le mécanisme est ouvert (les lettres de la combinaison forment alors le mot à trouver). Dès qu’un anneau n’est plus dans l’alignement, le tube intérieur ne coulisse plus, le cryptex est bloqué.

PNG - 96.1 ko
Crédits : Patrice Nadam
PNG - 126.4 ko
Crédits : Patrice Nadam

Une combinaison modifiable

L’intérêt d’un objet ou cadenas de ce type est d’avoir une combinaison modifiable, c’est-à-dire que l’on puisse choisir le mot que l’on veut en fonction du contexte et de l’escape game que l’on crée. Tous les modèles existants ne le permettent pas !

D’une part, si les anneaux ne possèdent pas l’ensemble de l’alphabet, il faut avoir la possibilité de démonter le mécanisme pour en changer l’ordre et donc celui des lettres (anagrammes). D’autre part, on doit pouvoir choisir pour chaque anneau une des lettres de l’alphabet, ce qui revient à modifier l’alignement entre l’encoche et la série de lettres. Pour cela, le mécanisme se complique : chaque anneau est en fait double, constitué d’une bague extérieure sur laquelle sont inscrites les lettres et d’une autre intérieure (autobloquante) possédant l’encoche.

PNG - 240.5 ko
Crédits : Patrice Nadam

« L’original » en métal

On peut trouver dans le commerce des modèles d’une dizaine à une quinzaine de centimètres calqués sur l’exemplaire visible dans le film Da Vinci Code, mais leurs prix restent élevés : une cinquantaine d’euros quelle que soit l’enseigne qui le propose (Amazon, Wish, Conforama…). On trouve également des modèles à six lettres, plus longs. Il est même possible d’acheter le modèle de luxe avec son écrin en bois pour plus de 200 euros.

PNG - 210.1 ko
Crédits : Patrice Nadam

Le corps du cryptex est en métal et de très belle fabrique. La combinaison est facilement modifiable puisqu’il suffit d’enlever deux petites vis (à ne pas perdre) pour démonter le manchon extérieur. Sur les modèles les moins chers, les lettres sont en plastique, mais l’ensemble reste solide.

C’est un très bel objet qui reste cher… à réserver ou à offrir aux passionnés.

Kit plastique à monter

Pour moins de quinze euros, il existe des cryptex en kit à monter, tout en plastique. Ils sont constitués de cinq ou six anneaux entourés de bandes adhésives pouvant porter chiffres, symboles ou tous types de caractères écrits au feutre [2].

PNG - 144 ko
Crédits : Patrice Nadam

Bien que faciles à construire, ces modèles en plastique risquent de ne pas supporter les démontages et remontages intempestifs. Le changement de code se fera plutôt en remplaçant les bandes adhésives. Contrairement aux modèles précédents, les anneaux ne peuvent porter que treize lettres.

PNG - 152.1 ko
Crédits : Patrice Nadam

Certains de ces cryptex possèdent une anse qui permet de les utiliser également comme cadenas.

PNG - 157.1 ko
Crédits : Patrice Nadam

Les anneaux portent chacun un picot dont l’alignement correspond à l’ouverture du cryptex. Ces marques, utiles pour retrouver la combinaison quand les anneaux sont nus, peuvent être repérées sous les bandes adhésives par certains joueurs attentifs.

PNG - 137.4 ko
Crédits : Patrice Nadam

Kit en bois à monter

PNG - 149.9 ko
Crédits : Patrice Nadam

Parmi les puzzles 3D Mécaniques de chez Ugears on trouve The Combination Lock basé sur le principe du cryptex. Relativement fragile, avec une combinaison limitée à trois chiffres et très difficilement modifiable, cet objet d’une valeur d’une vingtaine d’euros est plutôt destiné à la décoration. Nous déconseillons de l’utiliser dans un escape game.

PNG - 189.8 ko
Crédits : Patrice Nadam

Les cryptex-socles

Pour une trentaine à une quarantaine d’euros, vous trouverez aussi des cryptex-socles. Il s’agit du Puzzle Pod en forme de cloche et du Vino Vault ou voûte à bouteille.

PNG - 359.3 ko
Crédits : Patrice Nadam

Ces deux modèles sont construits sur le même principe : un socle avec cinq anneaux (le cryptex proprement dit) dans lequel vient s’enficher la partie supérieure (la cloche ou la voûte). Les anneaux, constitués de deux bagues, se retirent très facilement, trop même ! Une fois le cryptex débloqué, la combinaison peut être changée très rapidement. Vous devrez prendre garde à l’alignement des anneaux au moment du remontage du dispositif afin de ne pas modifier le code par erreur. En cas d’utilisation dans un escape game, il vous faudra vérifier que les participants ne tentent pas de remonter seuls le cryptex.

Les encoches d’ouverture sont relativement larges, ce qui est responsable d’une certaine imprécision : pour chaque anneau, on a le choix entre deux ou trois lettres voisines. De plus, étant donnés le prix et la relative fragilité de ces dispositifs (tous deux en plastique), il peut-être plus judicieux de choisir le modèle original en métal.

Plein de petits modèles

On trouve de nombreux petits cryptex, très souvent associés à une clé USB. Ces modèles sont généralement onéreux [3] et leur combinaison est non modifiable. Le DaVinci Code Cryptex Key Chain est très joli, pas trop cher, mais très petit...

PNG - 434 ko
Crédits : Mélanie Fenaert

À faire soi-même

Notre rubrique Bric-à-brac regorge de tutoriels pour créer des cryptex en PVC, en carton, en métal… ainsi que des liens vers des fichiers pour impression 3D, rendant possible le remplacement de l’alphabet latin par un alphabet cyrillique ou braille. Cela permet de créer également des cryptex à chiffres possédant plus de cinq anneaux.

PNG - 103.6 ko
Crédits : Audrey Dominique

Le modèle Cryptex 2.0 : customizable a attiré notre attention car il offre les mêmes fonctionnalités que le « vrai » cryptex du Da Vinci Code. Il peut constituer une belle alternative pour les bricoleurs.

PNG - 242.6 ko
Crédits : Audrey Dominique

Ons Chedly a, quant à elle, opté pour le modèle tout en carton des instructables et obtenu, après 10 heures de patience et quelques tubes de colle, un cryptex de bel effet fonctionnant parfaitement.

PNG - 1.1 Mo
Crédits : Ons Chedly

[1Beaucoup moins si on ne considère que les 7.000 mots de cinq lettres d’un dictionnaire…

[2Il est possible également de reprendre le modèle proposé, de le recréer sur ordinateur et d’imprimer les bandes pour obtenir un résultat plus esthétique.

[3Il existe même des versions de luxe.

Les liens et les tarifs ne sont pas contractuels. Les prix varient d’un site à l’autre et selon les périodes. N’hésitez pas à consulter les divers sites potentiels ou à faire une requête dans votre moteur de recherche préféré.