Un serious game à l’ENSSIB

Entretien avec Laurent Duplouy

Laurent Duplouy, chef de service multimédia au département audiovisuel et maître de conférences à l’ENSSIB (École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et de la Communication), a conçu un serious game pour les étudiants de Master 2 en section Archives Numériques. Ce jeu éducatif est également un jeu de rôle où le professeur s’érige en MJ (maître du jeu), en posant des questions aux élèves sur le thème de la préservation. Ces derniers quant à eux, en se mettant dans la peau d’un archiviste spécialisé, échangent et débattent d’une manière ludique. Le jeu dure de 1h à 1h30 et couvre tous les aspects du cours, en abordant différentes notions : les métadonnées, le format, le processus. Le résultat a été probant : les élèves ont été très satisfaits et cela leur a été bénéfique pour leurs révisions.

Selon Laurent Duplouy, le serious game constitue un outil de formation qui permet d’avoir une approche différente et ludique du concept professionnel. Les contenus restent les mêmes, mais la manière de les transmettre est différente. Très bon vecteur d’information, il permet d’aborder des contenus parfois très complexes mais avec une approche facile d’accès ce qui facilite l’apprentissage pour les élèves. Pédagogiquement parlant, ce concept est très intéressant ; les élèves sont impliqués car ils sont acteurs, il se posent des questions.

La conceptualisation d’un serious game nécessite beaucoup plus de travail qu’un cours magistral, car il faut réadapter les questions pour le public étudiant. Au départ, ce jeu a été développé pour les professionnels, qui contrairement aux élèves possèdent une approche beaucoup plus spécifique de la problématique de préservation. Celui-ci a été utilisé pour fédérer une équipe, comme un instrument de team building. La contrainte a donc été de se mettre à la place des étudiants qui n’avaient pas le même recul ni la même approche que les professionnels. Une session améliorée est donc prévue pour ce mois de janvier, où les élèves auront plus de connaissances et sauront mieux appréhender certaines questions.

Autres articles